• LOGIN
  • Votre panier est vide.

L’Histoire du Rock 4 Temps

 L’histoire du Rock 4 Temps
Il est très difficile de savoir exactement d’où vient, et surtout comment s’est développé le Rock 4 Temps. Je partirai donc de plusieurs sources, fiables et moins fiables, comprendre ici écrites et orales, ainsi que de mon analyse personnelle sur l’univers du Rock 4 Temps.
Les danses de couple sont issues d’une longue évolution depuis le moyen-âge jusqu’à nos jours. On y trouve alors des danses sociales, organisées à la cour du roi, et aux autres soirées mondaines de la haute société.
Aux Etats-Unis d’Amérique, le divertissement sans le sou développé par les esclaves noirs américains, tant du point de vue de la musique blues que de la danse associée, constitue le point de départ de la nouvelle scène populaire de la danse de couple. Servant tout d’abord de divertissement pour les riches propriétaires Américains, la musique blues fut accompagnée de la danse blues.
C’est ensuite véritablement avec l’apparition des musiques Swing découlant du Blues que l’on peut commencer à tracer l’histoire du Rock.
La danse Swing (Charleston, Balboa, Boogie-Woogie, Be-bop, etc.) est composée de diverses danses, retranscrivant l’énergie nouvelle des musiques des années 20 et 30. Les premières musiques rock des années 40 ont un franc succès aux USA où elle est née. C’est alors que le Rock arrive en France, avec la libération de Paris, et les GI Américains qui dansent avec des Français en leur montrant l’énergie et le swing tout droit venus des spectacles organisés outre Atlantique pour motiver les troupes avant leur départ au combat.
La danse ne tarde pas à suivre, avec le développement conjoint du Rock 6 Temps issu du swing, et où l’on retrouve des triple pas (triple steps), mais conjointement une autre danse plus accessible est créée : le Rock 4 Temps.
Le seul écrit dont on dispose est une série de trois livres écrits par Jacques Bense, en ce temps-ci professeur de claquettes, se targuant d’avoir inventé cette danse en 1956. Il décide de simplifier les déplacements grâce à un pas marché, 2 temps vers l’avant, 2 temps vers l’arrière, accompagnés de multiples jeux de bras et déplacements.
C’est ce rock aux mouvements de bras plus toniques qui deviendra le chouchou des Français, avec un développement transverse : la noblesse française s’en empare au sein de ses Rallyes, mais tous les mariages et les bals populaires y dansent également le rock. Le développement est tel que la plupart des adolescents du babyboom dansouillent le rock, en famille, entre cousins, en soirées, en boîte. Le rock se retrouve également dans les écoles supérieures, les écoles militaires, les bals de promo, les bals mondains. Encore aujourd’hui, lorsque des présentateurs TV ou des acteurs improvisent quelques mouvements de danse de couple, c’est du Rock 4 Temps. En somme, toute la France le danse !
C’est pourquoi je doute très fortement que Jacques Bense fût le seul à l’enseigner et à le répandre au travers de l’hexagone, même si je ne possède aucune littérature prouvant le contraire. Je pense donc que le Rock 4 Temps s’est surtout développé grâce à la facilité et l’accessibilité de cette danse, telle une trainée de poudre, en copiant ce que les uns et les autres faisaient en soirée, de manière totalement informelle.
Faute de structuration et de fédération des danseurs, et avec la poussée de l’individualisme (se faisant ressentir dans la danse avec le développement des boîtes de nuit où l’on danse seul), ainsi que l’engouement pour les danses latines durant les années 90, le rock perd de son développement, de sa popularité et de sa superbe.
Il renaît de ses cendres avec la montée grandissante de l’intérêt du public pour les danses de couples durant les années 2000 et explose dans les années 2010, notamment grâce à l’émission Danse avec les Stars qui redonne envie au public de danser, au développement de nouvelles danses telles que le West Coast Swing, la Kizomba, le Zouk Brésilien, et également grâce à la lassitude des boîtes de nuit, couplée avec l’isolement et la solitude qu’entraînent le développement de l’informatique et d’Internet, poussant les gens après quelques années de solitudes face aux écrans, à sortir et se bouger !
Le nombre de clubs en écoles supérieures et en facultés ne fait qu’augmenter d’année en année, et Internet permet de transmettre le savoir d’un club à l’autre bien plus efficacement que dans le passé. L’ensemble des musiques des années 50 à nos jours peuvent se danser en Rock 4 Temps, du moment que le rythme (entre 100 et 160 BPM) et le style musical conviennent aux danseurs, ce qui est l’un des arguments de choix pour motiver de nouvelles recrues : « Je peux danser sur du Ed Sheeran, du Avicii et du P!nk sans faire n’importe quoi ? Génial ! ».
Il existe plusieurs tendances dans cette danse, comportant des différenciations en termes de positionnement sur une ligne de danse ou non, avec un pas de base ou non, avec des temps marqués par le biais des bras, du poignet ou non. Ces courants ont des origines très difficiles à suivre, et des rapprochements pas forcément géographiques, dépendant surtout des nouveaux lieux d’habitation de bons danseurs, formant de nouveaux adeptes à leur nouveau lieu de résidence.
L’enseignement du Rock 4 Temps avant les années 2000 est le principal défaut de cette danse, avec une totale absence de professionnalisation de la profession, et un manque de suivi année après année. La partie la plus désastreuse se situe dans les Rallyes où les élèves ayant suivi 10 cours durant une année (1/mois) s’auto-déclarent professeurs l’année d’après. On se retrouve alors avec une consanguinité de la médiocrité du Rock 4 Temps, avec des défauts qui s’accentuent, un répertoire de mouvements qui s’appauvrit, et une absence totale de notions de danse de couple, de structure et de théorie sous-jacente. Toutes ces déficiences techniques ont eu pour conséquence un dédain des professeurs d’autres danses de couple pour le Rock 4 Temps, le reléguant au rang de « fausse danse » car pas assez technique et trop éparse dans son enseignement, ainsi que des danseurs « formés » incapable de danser une chanson entière sans erreur, sans se lâcher les mains une bonne dizaine de fois par danse (et je ne parle même pas de danser en rythme).
Durant les années 2000, et a fortiori les années 2010, c’est par l’intermédiaire des écoles supérieures que le Rock 4 Temps reprend du terrain. Je suis d’ailleurs personnellement à l’origine de la création de clubs de Rock 4 Temps dans de nombreuses écoles supérieures parisiennes, et je travaille aujourd’hui encore au développement d’autres clubs dans des villes telles que Strasbourg, Douai, Lyon, Brest, en formant de futurs professeurs et en les aidant administrativement à la création de nouvelles associations.
De manière à chiffrer ce développement, le nombre de cours de Rock 4 Temps à l’année ouverts au public avant 2012 était de 1 (Rock Télécom, de 2002 à ce jour), et est aujourd’hui supérieur à 20.
Le nombre de soirées le WE ouvertes au public étaient au nombre de 2 par an (soirées X-Tra) avant 2012, et est aujourd’hui de 3 à 4 par WE (soit 200 soirées par an).
L’année 2017 constitue une étape charnière dans le développement du Rock 4 Temps en France. Grâce au travail de l’Académie de Danse 4 Temps (dont je suis l’un des fondateurs et Trésorier en 2017/2018), le Rock 4 Temps a été reconnu en tant que danse à part entière en juillet 2017. Il aura fallu pas moins de 60 ans pour que cette danse soit reconnue par ses pairs.
Un travail est alors engagé à tous les niveaux de la société :
– Cours et ateliers en lycées
– Cours dans des associations humanitaires
– Cours thérapeutiques
– Soirées gratuites l’été
– Soirées en entreprise
– Afterworks
– Spectacles pour le 3ème âge
– WE et vacances
– Concerts live
Ce phénomène de développement du Rock 4 Temps n’est pas isolé, on retrouve de nombreux équivalents qui se développent rapidement dans d’autres pays :
– Le Rock 4 Temps existe dans ces termes en Belgique et en Suisse
– Le Disco Fox est l’équivalent du Rock 4 Temps en Allemagne
– La Country Couple Dance est très proche du Rock 4 Temps aux USA, avec une tendance forte aux figures acrobatiques
– Le Modern Jive est une danse en 4 Temps plus rigide mais proche du Rock 4 Temps
– Le Ceroc (phonétiquement « c’est Rock ») est enfin la danse la plus proche et la plus développée, existant au Royaume Uni, mais aussi en France, en Australie, à Hong Kong, à Singapour, …
Toutes ces danses ont pour point commun de se danser en 4 Temps marqués (1, 2, 3, 4) et de jouer sur des mouvements de bras, avec régulièrement un ajout de figures acrobatiques.
Le Ceroc mérite que l’on s’attarde dessus car c’est une danse complète, ramifiée, et étroitement liée au Rock 4 Temps. Créé dans les années 80 par un Français ayant appris à danser le Rock 4 Temps en Rallye dans son plus jeune âge, James Cronin eut la brillante idée de créer non pas une danse mais une marque déposée, mélangeant plusieurs danses en fonction des tendances, mais en conservant un pas de base simple et marché.
L’accessibilité de cette danse permet à toutes les classes sociales de s’y retrouver, et réunit des centaines de milliers de danseurs au Royaume Uni. Le principe est simple : avec le même pas de base, le Ceroc incorpore des mouvements de bras et des placements du corps d’autres danses, diversifiant les styles et les rythmes.
C’est dans cet esprit, et sans le carcan d’une marque, que l’Académie de Danse 4 Temps développe la Danse 4 Temps, ouvrant ainsi le champ des possibilités dansantes à plus que simplement le Rock, et permettant ainsi de danser sur du blues, de l’électro, de la salsa, le Modern Jazz, etc. Je compte personnellement rester dans le style Rock de la Danse 4 Temps par goût musical principalement, mais je salue et encourage le développement de cette ouverture d’esprit.
Le Rock 4 Temps et la Danse 4 Temps en général ont donc de beaux jours devant eux, quelles que soient les générations et les localisations géographiques, avec la fierté et le chauvinisme de développer une danse d’origine et de développement 100% français ! Cocoricooo !!!
Cédric Anjuère
24 octobre 2019
Bien-Danser ©  Réalisé par Rock 4 You.          Tous droits réservés.